La culture du viol, milieu naturel du prédateur ?

Aujourd’hui je ressens le besoin (n’ayons pas peur des mots), de vous parler de culture du viol sous un certain angle, et pour ça on va devoir ressortir les cours de philosophie de terminale. Statistiquement, selon l’identité de votre professeur•e à l’époque, soit j’ai votre attention soit je viens de la perdre, il n’y a guère d’entre-deux. Pour mettre tout le monde à égalité, voici la photo d’une jeune fille nue (mais consentante, au moins en ce qui concerne l’utilisation de son image pour le bien de cet article) :

julienrico-2

Et vous voyez c’est ça le problème. Juste comme ça, je viens de vous montrer une des applications de ce qu’est la culture du viol : je viens d’utiliser le corps d’une jeune fille nue pour m’assurer d’avoir votre attention. C’est un peu nul, et je m’en excuse. Mais on verra ça plus tard ; pour le moment, je voudrais expliquer ce qu’est la culture du viol. On vous en a peut-être rebattu les oreilles, mais dernièrement, me prouvant que rien n’est évident la première fois qu’on nous en parle, un ami plissait les yeux d’un air sceptique en me faisant cette réponse :

« Hum, ça me gêne que tu dises que le viol c’est de la culture, tout de même… »

Lui avait fait le lien avec les représentations de viols dans des supports culturels (livres, films, clips musicaux peu importe) et avait compris le terme « culture du viol » comme un terme qui engloberait le regroupement de ces œuvres, comme on pourrait parler de culture du thé ou même de pop-culture, l’adjonction du terme culture éminemment mélioratif (être cultivé, c’est mieux qu’être ignare) créant alors une forme d’esthétisation fort malvenue de la chose. Bien tenté, mais non. Cette anecdote aura eu le mérite de me faire prendre conscience d’à quel point les bases sont une chose importante.

Quand on parle de culture du viol donc, on ne parle pas de la culture validée par le ministère du même nom, mais du concept de culture par rapport à celui de nature. Et c’est d’autant plus essentiel de faire cette distinction qu’un des fondements de cette culture du viol, c’est d’édicter des différences dites naturelles entre le comportement qu’on est en droit d’attendre de, disons, un homme ou une femme. C’est aussi l’une des bases du sexisme, c’est gratuit c’est cadeau.

Nature vient du latin nascor, qui signifie « naître ». La nature d’une chose est alors ce qu’elle était à la « naissance », ontologiquement, indépendamment de toute intervention extérieure, « à l’origine de son propre mouvement » pour reprendre les termes d’Aristote. La culture, par opposition, est ce qui croît et se construit sous l’effet d’une action extérieure, en l’occurrence celle de notre société.

Vous voyez à quel point cette distinction est importante pour le sujet précis qui nous occupe ?

Vous voyez à quel point le fait de dire que naturellement un homme aura davantage de mal à contrôler ses pulsions sexuelles qu’une femme est différent de l’affirmation selon laquelle les hommes sont en général éduqués de façon à croire qu’ils n’ont pas à réprimer leurs pulsions sexuelles car celles-ci passent avant tout ?

Vous voyez à quel point la problématique change selon qu’on se dise que les photos de jeunes filles nues attirent naturellement l’attention, ou que la société considère, et nous conditionne donc à considérer, les photos de jeunes filles nues comme particulières et attirant donc l’attention sur elles ?

Félicitations, alors. Vous venez de commencer à comprendre ce qu’est la culture du viol et pourquoi on doit – et peut – l’éradiquer.

Ben oui, parce que si c’était juste inhérent à la nature de l’être humain de violer ses femelles et d’ensuite leur expliquer que c’est de leur faute, on serait sur un combat vain. Fort heureusement, on est face à un « simple » problème d’éducation. Profondément ancré, ancien, bien trop répandu, formidablement difficile à en faire prendre conscience à ceux qui ne le subissent pas au quotidien et même à certaines d’entre celles qui le subissent sans l’identifier comme tel, mais un. Simple. Problème d’éducation.

Et ça tombe bien, parce que les causes perdues ça a l’air romantique quand on a quinze ans, mais passé vingt-cinq on commence à s’en lasser.

La culture du viol c’est tout cet environnement dans lequel nous baignons tou•te•s depuis notre naissance (ben oui, nous naissons environnés par la société, donc bon courage pour éviter la corruption, c’est pas gagné. Ayons tous une pensée émue pour notre ami Jean-Jacques et son homme bon à l’état de nature qui, lui, était une jolie idée parfaitement inatteignable par contre) et qui nous fait croire que les viols sont acceptables.

La culture du viol c’est ce qui se passe à chaque fois qu’un policier demande à une victime de viol comment elle était habillée, chaque fois que l’une d’elles entend dire que bon violer c’est mal mais qu’elle a quand même dû l’avoir bien cherché, chaque fois qu’une victime est culpabilisée ou sa parole remise en doute. La culture du viol ce sont tous ces violeurs condamnés puis relâchés dans la nature parce que vous comprenez on ne va pas ruiner leur vie en les foutant en prison pour un simple coup de bite au mauvais endroit les pauvres. La culture du viol c’est la croyance selon laquelle un viol conjugal n’est pas un viol, merde quoi, on est ensemble alors c’est normal qu’on baise. La culture du viol c’est chaque phrase qui minimise l’agression subie par une jeune fille, parce qu’après tout si ce n’est pas un inconnu la nuit dans une ruelle sombre avec un couteau ce n’est pas vraiment un viol et pensons aux vraies victimes et n’exagérons rien et nique les stats au passage, hein, tant qu’on y est, et quitte à ce qu’on en soit encore à penser qu’un viol c’est un rapport sexuel.

Mais la culture du viol, telle l’univers étendu d’une licence connue, s’étend bien, bien au-delà des seules circonstances d’un viol effectif.

La culture du viol c’est ce qui agit à chaque fois qu’on apprend à une jeune fille qu’elle doit faire attention à la façon dont elle s’habille avant de sortir pour se protéger, et pas à un jeune homme qu’il n’a aucun droit sur les êtres humains de sexe féminin qu’il croisera dans l’espace public. C’est ce qui fait croire à pas mal d’hommes qu’en étant assez gentils assez longtemps avec une fille, ils auront le droit à du sexe, c’est ce qui pousse l’opinion commune à croire qu’il est acceptable d’essayer d’obtenir des rapports sexuels par l’insistance, la négociation ou la culpabilisation. C’est cette tendance qu’on a à ne jamais aborder la question du consentement quand on fait l’éducation sexuelle des jeunes à l’école ou à la maison alors que ça devrait être la première chose qu’on leur explique vu qu’apparemment ça non plus ce n’est pas évident.

La culture du viol ce sont toutes ces « œuvres » qui nous font croire qu’être poursuivies par un type qui nous fait la cour c’est sexy et que s’il insiste suffisamment longtemps il aura bien mérité une récompense, ces livres, ces films et ces clips qui esthétisent, non plus seulement le viol lui-même, mais le harcèlement, le stalking, l’ignorance totale des mots « non » et « stop » au nom de la passion, mais attention, seulement si le type est beau et ou riche et ou célèbre, hein, parce que sinon c’est un épisode d’Esprits Criminels et non plus un film qu’on sort pour la Saint-Valentin. Ne confondons pas tout.

La culture du viol, c’est tout ça, et ce n’est ni normal, ni naturel, ni automatique. C’est, comme son nom l’indique, le résultat, certes intériorisés par tou•te•s depuis des générations, de matraquage éducatif assené par un patriarcat qui ferait bien de se remettre en question et plus vite que ça. Et s’il leur faut un argument de plus (autre que le fait que violer c’est mal, j’entends), je peux même donner dans le mannsplaining : moi, à la place d’un homme, je pense que ça me traumatiserait si un jour j’apprenais que j’ai été un violeur sans le vouloir, par ignorance.

On est en 2017. Cette partie de l’humanité dotée d’utérus fait désormais suffisamment de bruit pour que l’ignorance ne soit plus une excuse, si elle en a jamais été une.

La culture du viol est une construction sociale. Et les constructions sociales, ça se détricote.

Publicités

14 commentaires

  1. Très bel article, tellement vrai et pourtant je trouve que le fais de parler d’une fille nue pour la photo (alors qu’elle ne l’est manifestement pas) dessert un peu le propos et la justesse des termes.

    J'aime

  2. D’accord avec les termes de cet article, très bien écrit, mais concrètement, après s’être félicité de notre beau militantisme, comment faire? On peut en effet estimer que malgré tout, les comportements évoluent, un peu. Mais avec l’ensemble des pouvoirs qui comptent désireux de tirer nos sociétés vers le fonds du fonds, par quoi commencer? Parce que rien que le français moyen, pour prendre au plus proche, il ne va jamais se sentir concerné – Si, lorsqu’on va lui faire la remarque qu’il dit ou fait quelque chose de sexiste, il sera un peu agacé, et en fonction de l’entourage, se repentira ou pas, jusqu’à la prochaine fois – Comment aborder ce problème, concrètement, dans la réalité? Parce que moi, homme blanc occidental (et soucieux des autres bipèdes, peu importe le sexe, la couleur, la taille ou la circonférence, seul compte l’individu), j’ai un peu de temps pour m’interroger sur le problème, je relève les mentions et les attitudes qui me choquent, quand mes camarades-filles n’osent rien dire, mais je vois bien que ça ne change l’attitude de personne.
    Je suis vraiment curieux d’en savoir plus sur des méthodes concrètes pour amener des changements de paradigme, car je pense que nous en sommes là, depuis quelques millénaires d’ailleurs, donc je m’interroge.

    Ah oui, et bravo à toi Florence Rivières, d’être toi tout simplement, j’ai découvert d’abord tes photos, et par ton biais des artistes photographes un peu doués, tu es le genre d’artiste protéiforme que j’aime suivre et qui m’inspire. Merci bien donc!

    J'aime

    1. Le militantisme est déjà une réponse concrète, en fait.
      Même si un article ou un partage peut sembler un acte bien vain parfois, il permet une sensibilisation, petit à petit. Et si le changement ne se fait pas en un jour, c’est à un changement des mentalités progressif qu’on peut tendre, article après article, personne après personne, chacun sa contribution à son échelle.
      Certaines personne seront agacées par une remarque sexiste, et auront l’air de ne pas y réfléchir, ou d’y réfléchir seulement cinq minutes puis de passer à autre chose. Mais si l’amorce d’une réflexion a été lancée, elle peut continuer en arrière plan, sur le long terme, sans en avoir l’air, et une personne qui par exemple râlait qu’on ne peut plus rire de rien après qu’on l’ait reprise après une blague sexiste va quand même, parfois, se retenir la fois d’après au moment de la dire. Et réfléchir à toutes les autres remarques sexistes automatiques qu’elle employait… et se mettre à faire attention.
      Un ancien amoureux avec qui j’avais de fréquents « accrochages » parce qu’il niait la réalité du harcèlement de rue dont je lui faisais part ou autres problèmes du même genre est revenu vers moi cette année pour me dire qu’il était devenu féministe et me demander quelles actions concrètes il pouvait faire à son échelle. Parce que même si je l’ai embêté sur le coup les questions sont restées en lui. De même, des amis vidéastes me contactent maintenant systématiquement pour vérifier que leurs scénarios ne sont pas sexistes, questions qu’ils ne se posaient jamais auparavant. Et ça, d’un échange, devient un résultat concret. C’est le petit caillou qui ajouté à un autre petit caillou fera un monticule. C’est comme en écologie le robinet fermé cinq minutes plus tôt et qui ajouté à toutes les personnes qui ferment leur robinet cinq minutes plus tôt économise des milliers et des milliers de litres.
      En fait, je crois que malgré le découragement parfois, il faut avoir foi en l’humain.
      Il faut faire confiance à l’effet papillon et tenter de faire ce qu’on peut, à son échelle, et ne pas abandonner.
      Parce que c’est quand on se dit que ça ne sert à rien et qu’on ne fait rien qu’à la fin et bien… rien ne se passe. :)

      Mathilde Aimée (l’autre fille, celle en retard dans ses articles :D )

      Aimé par 1 personne

  3. Moi, c’est directement après cette phrase que tu m’as perdu :

    « Statistiquement, selon l’identité de votre professeur•e à l’époque, soit j’ai votre attention soit je viens de la perdre, il n’y a guère d’entre-deux ».

    En statistique, rien ne te permet de dire qu’il n’y a pas d’entre deux,
    Et en philosophie, cela ne dépend pas de l’identité de ton professeur.

    Du coup d’emblée la démonstration s’avère hasardeuse.
    Comme l’utilisation de la photo pour capter l’attention qui n’a absolument aucune nécessité.

    C’est dommage parce que le propos de l’article est pertinent, mais construire son introduction avec un tel défaut de logique, ça casse un peu tout.

    J'aime

    1. Aloooors.

      De fait, la plupart des personnes que je connais qui n’ont pas continué la philo après la terminale ont trouvé que c’était bien ou non dépendant complètement de leur affinité ou non avec le professeur et sa façon d’enseigner. Mais c’est parce qu’en terminale, on ne fait pas de la philosophie, on n’en a pas le temps ; on apprend des notions philosophiques, une méthode. Mais on n’y fait que très rarement de la philo.
      On pourrait avoir toute une conversation sur comment c’est un problème et comment je considère qu’on devrait faire commencer la philo au collège, mais ce n’est pas le sujet.
      Tout comme cette phrase que vous pointez n’a rien à voir avec le fond ou le raisonnement de cet article. Il s’agit d’une phrase qui introduit la façon dont on va en parler.

      Ensuite s’agissant de la photo, on appelle ça « illustration par l’exemple ».

      Mais pointer des détails de forme du doigt permet, de façon très convéniente, de ne pas parler du fond de l’article :) Puisqu’il est « déjà cassé » dès la première phrase.

      J'aime

  4. Belle réflexion si ce n’est que la femme contemporaine par bien des aspects participe et entretient cette culture du viol (une schizophrénie systémique finalement). Le phénomène évoqué n’a rien d’une nouveauté ; il est juste mis en lumière (en scène) par l’époque de l’information et de la communication (sur)abondante.

    J'aime

    1. « La femme contemporaine » est un concept qui, je l’avoue, me laisse froide. En revanche on a raison de dire que beaucoup de femmes reproduisent ces systèmes et les nourrissent. On y a d’ailleurs consacré un autre article :)

      J'aime

  5. Le problème c’est que les mal-éduqués en question ne viendrons jamais lire ce bel article. Et si ils tombent dessus par hasard, je serais étonné qu’ils en tiennent compte.

    J'aime

  6. Très claire mise au point. Je découvre ce blog et c’est de la boulette :)
    C’est effectivement important de faire de la mise au point sémantique.
    Et en parlant de naturel, on a tellement de trucs qu’on assimile au bien quand on parle de truc naturel que c’est forcément compliqué de dire qu’un truc naturel peut être nocif voire dangreux. C’est un argument fallacieux bien souvent, on fait croire que naturel = bien pour toi. L’uranium est 100% naturel, tout comme la toxine botulique pourtant.

    Peggy sastre qui fait de la socio biologie dit d’ailleurs dans un de ses textes que c’est fatiguant de devoir expliquer a chaque fois qu’elle decrit les viols comme un comportement que l’on retrouve dans toutes les espèces comme une stratégie de reproduction que c’est un truc réellement naturel mais que ça ne veut pas dire que c’est une fatalité, ou une chose bien.
    C’est cureisuement ce que tu avances aussi en écrivant que ce n’est précisément pas un comportement naturel, et que le harcèlement et le « rien a faire du consentement » est un problème d’éducation.

    A mon sens, que ce soit un problème d’éducation ou qu’il soit inscrit dans nos gènes n’enlève rien a la possibilité de le contrer par de l’éducation et la mise en place d’un contre discours comme dit dans les commentaires ci dessus.

    Tant que j’y suis je te recommande de zieuter la petite série de vidéos sur « angry jack et anita sarkeesan » sur youtube.
    Continue comme ça avec ton équipe !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s